Incipit Hitler

Souvenirs sur l'origine du Mal
Stefan Zweig

Essai

Histoire

2022
ePub- Mobi
978-2-36946-087-9
histoire_de_la_révolution_de_1848_T2.pn
0,99
EUROS

Dans le grand naufrage européen du milieu du XXème siècle, la voix de Zweig reste encore aujourd’hui l’une des plus confondantes de lucidité. Très loin du novelliste romantique et distingué, toute une partie de l’œuvre du dernier Zweig, homme en fin de vie, prisonnier des affres de son exil forcé, s’attache à décrire les bouleversements politiques de son époque.
Incipit Hitler est du nombre de ces textes bouillant d’actualité, textes sombres et lucides, réflexion d’un homme sur les violences de son temps et les coups portés par le destin. En préalable à sa démarche, il y a d’évidence une conviction : que les malheurs de sa propre vie servent à l’enseignement porté aux générations suivantes, qu’elles puissent comprendre grâce à cela comme elles sont chanceuses de vivre une époque apaisée et calme. Car Zweig, lui, n’eut point cette chance tout au long de sa vie. Ah certes, oui, il a conscience d’avoir grandi et prospéré dans une Europe parvenue au summum de son excellence civilisationnel, mais tout ça finira par être détruit par la folie des nazis.
Et ce drôle de titre de pouvoir s’expliquer très facilement après ça. Hitler ne vient pas de nulle part ; l’homme, à sa façon, eut du génie et nombre de talents. Et le plus utiles d’entre eux fut sans conteste la rouerie du personnage. Peu à peu, il fit s’enfoncer tout d’abord l’Allemagne puis l’Europe et enfin le monde. C’est cet ignoble naufrage dont Zweig nous parle ici. Entre souvenirs et réflexions, Zweig dresse l’esquisse précise d’un abandon, celui de tout un continent à la folie destructrice d’un homme. Et pourtant, rien de tout ça n’était inéluctable, c’est dès le commencement, sitôt les bases de l’hitlérisme posées, pour chaque premier crime tenté ou exécuté que la vérité du mal était énoncée.